ELEPHONE SANS FIL et tumeurs cérébrales

 

TELEPHONE SANS FIL 
et tumeurs cérébrales

15 motifs d’inquiétude



  Blog de metaltordu : METAL TORDU, HUMANITÉ EN DANGER - Des preuves définitives de la nocivité des ondes des téléphones portables Blog de metaltordu : METAL TORDU, HUMANITÉ EN DANGER - Des preuves définitives de la nocivité des ondes des téléphones portables

Une nouvelle étude d’un collectif international sur les champs électromagnétiques conclut que les téléphones sans fil peuvent causer des tumeurs cérébrales. Remettant en question les conclusions de l’étude Interphone lancée en 1999, l’objectif de cette nouvelle étude, soutenue par un grand nombre d’experts médicaux, est de solliciter une nouvelle revue de la littérature scientifique sur les dangers de l’exposition aux ondes électromagnétiques et de prendre des mesures qui relèvent du principe de précaution.

 

Les groupes ayant participé à l’étude comprennent 5 associations spécialisées sur ce type de risques sanitaires, aux États-Unis. Ces associations non gouvernementales ont reçu le soutien, pour cette étude, de chercheurs internationaux dont Ronald B. Herberman, MD, directeur d'Emeritus, University of Pittsburgh Cancer Institute, David Carpenter, MD, directeur de l’Institute for Health and the Environment, University at Albany, Martin Blank, PhD, professeur agrégé de physiologie et de biophysique cellulaire, Columbia University, professeur Yury Grigoriev, président du Comité national russe sur la protection contre les rayonnements non ionisants, et de nombreux autres, précise le communiqué.

 

L’étude conclue que

 

• L’usage du téléphone sans fil entraîne un risque de tumeur cérébrale.

• Les études financées par l’industrie des télécoms sous-estiment le risque de tumeur cérébrale.

• Le risque de tumeur cérébrale est plus important chez l’enfant que chez l’adulte.

 

Cette étude vient d’être adressée aux gouvernements et aux médias. Elle détaille onze vices de forme sur l’étude Interphone, lancée en 1999 et menée dans 13 pays avec le financement des industriels des télécoms.

 

Rappel sur l’étude Interphone : Lancée en 1999 et coordonnée par le Centre International de Recherche sur les Cancers (CIRC), l'étude épidémiologique Interphone est la plus vaste enquête effectuée sur les effets de l'utilisation du mobile sur la santé. L'étude Interphone a recensé les cas de tumeurs au cerveau sur 13 pays participants (Allemagne, Australie, Canada, Danemark, Finlande, France, Israël, Italie, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et Suède).  Les conclusions indiquent un risque surtout chez les personnes utilisant un mobile depuis plus de dix ans.

 

Les 5 principales recommandations de l’étude «Téléphonie sans fil et tumeurs cérébrales : 15 motifs d’inquiétude » :

 

Revoir l’ensemble de la littérature scientifique sur les limites d’exposition et les effets,

Préserver certains lieux publics de toute radiation, comme les écoles, les crèches ou structures d’accueil,

*  Déclencher une campagne de communication et de prévention destinée aux adolescents et aux enfants

 Amplifier la communication grand public sur les risques potentiels des dispositifs sans fil

Instaurer une surveillance et un rapport annuel sur l’exposition aux ondes électromagnétiques en présentant des conclusions en termes d’actions de prévention.

 

 

 

 

 

Lloyd Morgan, auteur principal de l’étude déclare : « L’exposition au rayonnement du téléphone sans fil est la plus grande expérimentation de santé humaine jamais entreprise sans consentement éclairé, avec quelque 4 milliards de participants enrôlés. La science montre que l’usage du téléphone sans fil accroît le risque de tumeur cérébrale, ainsi que de carcinome oculaire, de tumeur des glandes salivaires, de cancer testiculaire, de lymphome non hodgkinien et de leucémie. »

 

Le public doit être informé.